Wingz choisit Lyon pour son centre de R&D

Fondée en 2011 à San Francisco par le Franco-américain Geoff Matthieux, l’Allemand Christof Baumbach et deux Français, Frédéric Gomez et Jérémie Romand,  Wingz propose un service de voiturage vers et depuis les aéroports. La start-up a récemment levé 11 millions de dollars dans un deuxième tour de table auprès d’Expedia, Marc Benioff (Salesforce) et Altimeter et poursuit donc son développement.

Déployé dans 18 aéroports aux Etats-Unis, Wingz compte aujourd’hui 30 000 utilisateurs actifs, 500 chauffeurs actifs et 17000 en attente d’activation. Alors que Lyft et Uber jouent sur l’instantanéité du besoin, Wingz se concentre sur la prédictibilité. Tout est connu à l’avance : le chauffeur, le véhicule, le prix, l’heure d’arrivée. La mission de Wingz est d’offrir à ses utilisateurs l’expérience d’un chauffeur privé de confiance, pour moins cher qu’un taxi. En effet, l’application permet à l’utilisateur de réserver directement son chauffeur préféré, ce qui rend l’expérience très personnelle.

Wingz a donc choisi Lyon pour développer un centre de R&D dédié au développement de la quasi-totalité de sa technologie back-end et front-end. L’équipe lyonnaise, qui s’installera prochainement dans de nouveaux locaux à Vaise, compte d’ores et déjà 8 développeurs et pourrait encore grossir en 2016, voire tripler d’ici 3 ans. L’Aderly a soutenu l’implantation de Wingz à Lyon, notamment pour des informations sur les dispositifs JEI (Jeune Entreprise Innovante) et le CIR (Crédit Impôt Recherche), une mise en relation avec le réseau des écoles lyonnais pour le recrutement  d’ingénieurs, mais aussi pour la communication sur leur arrivée dans la métropole.

D’un côté, il est de plus en plus difficile et coûteux de recruter à San Francisco, et de l’autre, la France dispose d’ingénieurs de très bon niveau. Les fondateurs originaux étant de Lyon, et l’un d’eux y résidant toujours, nous avons décidé d’y implémenter notre équipe de développement. A terme, nous envisageons aussi de créer un pipeline entre la France et San Francisco, en nous appuyant sur des visas qui nous permettrons de faire venir à San Francisco des profils junior afin de les former pendant 1 an, pour ensuite les faire revenir en France. Les profils plus séniors auront aussi la possibilité de rejoindre notre équipe aux Etats-Unis pour le long terme après avoir passé un certain temps dans l’entreprise“, précise Jérémie Romand.

Wingz continue pour le moment le déploiement de son service sur les Etats-Unis uniquement, mais n’exclue pas un lancement en Europe à terme.



© 2019