[Immobilier d’entreprises] Lyon confirme son attractivité !

En 2015, l’immobilier d’entreprises en région lyonnaise affiche de bons résultats et les investissements atteignent des niveaux record, confirmant l’attractivité du marché lyonnais et la confiance des investisseurs.

L’immobilier tertiaire en hausse 

Du côté des bureaux, la demande placée atteint 272 100 m² en 2015 (dont 61% de bureaux neufs), contre 242 600 m² en 2014. Ces chiffres sont notamment portés par les grandes transactions avec 12 opérations de plus de 5 000 m². Les sites d’implantation de Lyon-Gerland et de la Part-Dieu dominent. Gerland prend la première place avec 70 000 m² placés avec 8 transactions de plus de 1 000m² et deux très grandes transactions (Septen pour EDF 21 160 m² et RTE 14 100 m²), tandis que la Part-Dieu reste leader sur le nombre de transactions de « seconde main » (89 opérations). Confluence enregistre pour sa part 3% de la demande placée due notamment au peu de disponibilités. En revanche, de nombreux chantiers sont en cours : Ynfluences Square (2 immeubles 2800 m² et 6800 m²) ou encore la restructuration du King Charles avec ses 9 400 m².

L’offre disponible à la fin 2015 est en hausse de 20% avec 456 200 m² dont un tiers de neuf. 2016 annonce déjà de belles perspectives notamment sur la Part-Dieu avec les 25 000 m² d’Orange, la livraison de l’immeuble Terralta de 10 500 m² et de nouvelles opérations en chantier (Silex 1 10 500 m², 107 Servient 5 600 m² et Sky56).

La logistique en région lyonnaise repart

En 2015, les implantations logistiques affichent une augmentation de 28% en demande placée pour atteindre les 382 530 m², soit la 2ème meilleure année depuis 10 ans en volume et nombre d’implantations. C’est en toute logique que le Nord-Isère reste le territoire le plus dynamique en matière de transactions logistiques (41 % de la demande placée). Il concentre en effet huit des dix plus importantes opérations signées, dont la plus grande plateforme logistique de France avec But à Pusignan (60 000 m²). La Plaine de l’Ain, quant à elle, enregistre une belle transaction avec le groupe Sonepar, qui fait construire 30 000 m², et attire ainsi 22 % de la demande placée, juste devant le Grand-Est lyonnais (21 % des transactions).

En parallèle, on note une chute de la disponibilité : 260 000 m² dont 9% pour le neuf. Une pénurie pour pourrait bientôt être comblée par le lancement en blanc par Aviva Investors Real Estate France de plus de 20 000 m² en Nord-Isère.

Baisse des locaux d’activités

Bien que la demande placée des locaux d’activité soit en baisse de 11% (282 452 m² contre 320 415 m² en 2014), le nombre d’implantations est lui en hausse. De même que le stock immédiat qui s’affiche à 650 000 m², soit 50 000 m² de plus par rapport à 2014, dont 98 000 m² neufs.

Une belle année pour les investissements

En valeur, les investissements 2015 pèsent 1,3 milliard d’euros et dépasse les montants de 2014 (874 millions d’euros). Lyon conserve sa place de leader des métropoles en région avec 25% des investissements hors Ile-de-France et 50% pour les bureaux. Ceux-ci représentent en effet 760 millions d’euros, soit une hausse de 30% par rapport à l’année précédente. De côté des quartiers, la Presqu’Ile arrive en tête avec 295 millions d’euros investis (grâce notamment à l’Hôtel Dieu, une transaction à plus de 100 millions d’euros), Gerland prend la seconde place avec 250 millions d’euros et ensuite Part-Dieu avec 214 millions d’euros.

Alors que 128 millions d’euros avaient été investis dans de l’immobilier logistique en 2014, en 2015 les investisseurs ont déboursé 147 millions pour acquérir des immeubles logistiques dans l’agglomération lyonnaise.

Ces résultats, portés par un marché stable et organisé, montre une nouvelle fois le dynamisme économique et tertiaire de notre territoire. Dynamisme souligné ces derniers mois par de nombreux classements comme celui du cabinet d’audit PwC qui place Lyon en tête des villes les plus attractives en France parmi 15 métropoles françaises.

Sources : Données collectées par Fnaim Entreprise Lyon qui portent sur les volumes de transactions émanant de seize gros cabinets lyonnais en 2015.



© 2019