Hyperloop : relier Lyon à Saint-Étienne en 8 minutes

Hyperloop One est d’ores et déjà considéré comme une vraie rupture technologique à l’image du TGV à son époque. L’idée ? Une capsule de 28 passagers voyageant à la vitesse du son dans un tube de 2 mètres de diamètre à basse pression, pour supprimer toute résistance à l’air. Pour résultat, ce moyen de transport « nouvelle génération » pourrait relier Los Angeles à San Francisco en 30 minutes (700 km). Avec des départs toutes les deux minutes et ce dans les deux sens, jusqu’à 10 000 passagers pourraient être transportés par jour.

Pour atteindre la vitesse de 1000 km/h, le système, monté sur pilier afin de ne pas gêner la circulation au sol, fonctionne à l’énergie solaire complétée d’une propulsion régulière par champ magnétique. L’avantage de cette solution est bien évidemment sa rapidité mais pas seulement : elle se distingue aussi par son coût en infrastructure inférieur à celui des voies de train rapide, par sa sécurité, son insensibilité aux conditions climatiques et aux tremblements de terre, sa moindre consommation énergétique. Le projet, imaginé par Elon Musk, milliardaire aux idées de génie, a depuis été investi par Hyperloop One qui a vu ses premiers essais grandeur nature se dérouler au début du mois de mai dans le désert du Nevada. Encourageants, ces essais confirment une réussite annoncée qui viendra compléter les idées à succès de l’entrepreneur, après Tesla Motors, SpaceX et Pay-Pal.

Alors que le projet s’accélère, la participation de la SNCF à une levée de fonds d’Hyperloop Technologies montre une vraie volonté française de se placer sur le créneau des transports de demain. Depuis 1 an déjà, en Auvergne – Rhône-Alpes, on rêve d’une liaison Lyon Saint-Etienne en 8 minutes : chercheurs et Ecole des mines planchent sur le premier train français Hyperloop.



© 2019