5 entreprises qui développent leur activité en région lyonnaise

Plusieurs entreprises ont choisi de poursuivre leur développement économique en région lyonnaise. L’Aderly vous propose un tour d’horizon en cinq exemples issus de secteurs distincts.

1. Systèmes de transport : Renault Trucks / Volvo Trucks à Saint-Priest

Propriété du groupe Volvo, Renault Trucks va investir 33 millions d’euros dans l’ouverture d’un centre de R&D à Saint-Priest, prévue pour le premier semestre 2021. Regroupant un millier d’experts sur les 1 400 qui se trouvent déjà sur le site lyonnais, il sera chargé de développer à la fois de nouveaux modèles de Renault Trucks mais également de répondre aux commandes d’autres marques du groupe. Présenté comme éco-responsable certifié HQE (haute qualité environnementale) bâtiment durable, le site se déploiera sur 11  300 m². Au niveau de son organisation managériale, les ingénieurs et chercheurs côtoieront désormais les équipes dédiées à la fonction achat. Ceci, selon L’Usine Nouvelle, afin de « fluidifier les échanges entre les équipes et accélérer les processus de validation et de concrétisation des projets de développement des futurs camions ».

2. Construction électrique et mécanique : TechnoAlpin à Dardilly

Le groupe italien de machines et équipements d’enneigement TechnoAlpin ouvre un huitième siège, social et administratif, en France. Situé à Dardilly et fruit de 4 millions d’euros d’investissement, il sera en outre le troisième centre de formation de l’entreprise – avec la Suisse et l’Italie – pour l’utilisation et l’entretien des enneigeurs, des salles des machines et des logiciels. Le site regroupera une cinquantaine de personnes sur un espace de 1  000 m² de bureaux et d’espaces de formation. L’entreprise fournit des équipements ainsi que des solutions d’enneigement sur-mesure aux exploitants de domaines skiables des différentes zones du monde. Jusqu’alors, elle était présente dans cinq pays européens (Italie, Suisse, Autriche, Suède, Slovaquie), aux États-Unis, ainsi qu’en Chine.

3. Services énergétiques : Dalkia à Villeurbanne

Avec Dalkia, entreprise du groupe EDF spécialisée dans les services énergétiques et la production d’énergie décentralisée, la région lyonnaise n’accueillera pas une implantation supplémentaire, mais un regroupement. Les quatre sites actuels – dont le siège administratif – réuniront les 340 salariés présents, au sein d’un seul. Dalkia occupera 9 260 m², dont la majorité pour ses bureaux, sur une surface de 14  800 m². Le bâtiment sera localisé en face de l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Lyon et à proximité du pôle d’excellence scientifique et technologique LyonTech – la Doua. L’emménagement de l’entreprise énergétique suivra la livraison du bâtiment, prévue pour la fin de l’année 2020.

4. Plasturgie : Kingspan Light + Air à Saint-Priest

Kingspan Light + Air, entreprise spécialisée dans la conception, fabrication et mise en œuvre de solutions d’éclairement, de ventilation et de désenfumage naturels de bâtiments commerciaux, tertiaires et industriels, a opté pour la même démarche que Dalkia. L’entreprise a investi 22 millions d’euros pour intégrer, en janvier 2019, son nouveau siège social à Saint-Priest. Sur une surface totale de 30  000 m² (28  000 m² d’entrepôt, 2 000 m² de bureaux), les divers services de l’entreprise seront centralisés afin d’en faire une plateforme ouverte sur les régions sud-européennes, africaines et moyen-orientales. Une partie du projet, précise également l’entreprise, se caractérise par deux millions d’euros investis dans un complément de machines pour « gagner en efficacité et précision avec moins de manutention ».

5. Informatique et numérique : Everial à Rillieux-la-Pape

Everial, société de solutions d’archivage physique et numérique, mais aussi spécialisée sur la dématérialisation et la gestion électronique des documents (GED), transfère elle aussi son siège social. Prévu depuis l’été 2017, le projet s’est effectivement réalisé en mai 2019. Pour un investissement de 10 millions d’euros, l’entreprise a intégré 10  000 m² à Rillieux-la-Pape, dans le parc des Bruyères. Elle y exerce désormais ses activités tertiaires et de production, avec 4 000 m² dédiés au stockage. L’objectif, selon les dirigeants d’Everial, est d’accroître la part de digitalisation tout en conservant une mixité entre les bureaux et la logistique, et « casser l’image d’une direction installée dans sa tour d’ivoire à Part-Dieu », selon ses patrons.



© 2019